Le stigmate intrinsèquement lié à l'activité prostitutionnelle provoque un stress psychologique et une certaine marginalisation, quel que soit le pays ou le lieu d'exercice (bien qu'à des degrés différents selon le contexte spécifique).

La violence structurelles et verbale est décrite par les travailleuses et travailleurs du sexe (TdS) comme omniprésente.  L'idée communément partagée selon laquelle la violence est quasiment absente de la prostitution «Indoor» se révèle fausse. Les abus et contraintes psychologiques sont fréquents dans la prostitution « Indoor ». La pression économique exercée par le client pour avoir un rapport sexuel non protégé ou par les gérants afin de faire augmenter le chiffre d'affaire, les déductions abusives sur le salaire des danseuses de cabaret opérées par ces établissements en sont tous des exemples.

 

Informations supplémentaires