La prévention et la promotion de la santé peuvent s’effectuer par les travailleuses et travailleurs du sexe (TdS) en personne, qui, à partir de leur expérience propre et des savoirs transmis par des collègues plus expérimentés, créent et mettent en œuvre des stratégies et mesures de protection contre les risques de santé.

La prévention et la promotion de la santé peuvent aussi s’effectuer par des actions collectives menées au travers d’associations de soutien et de défense d’intérêt des TdS, parfois nées de l’initiative de TdS mais souvent soutenues par des professionnels du social. La démarche de telles associations est une démarche holistique, prenant en compte les aspects sociaux, économiques, juridiques, médicaux. Ces structures mettent un point d'honneur à:

  1. être dans le non-jugement et à respecter une confidentialité totale
  2. inclure les TdS dans leurs projets
  3. promouvoir le développement de compétences individuelles (empowerment, connaissances juridiques, etc). et interpersonnelles (leadership, advocacy, négociation) parmi les TdS.
  4. adapter les projets au contexte local
  5. Mettre en place des "portes d'entrée" sur le terrain par le biais de structures d'accueil "bas-seuil" dans les lieux de travail du sexe
  6. donner la priorité aux éducatrices-pairs
  7. agir sur les structures et les institutions (police, établissements du marché du sexe, cliniques médicales), afin de ne pas faire reposer la responsabilité de la promotion de la santé sur les seules TdS.

La prévention et la promotion de la santé peuvent également s’effectuer par le biais d'espaces d'accueil nocturnes "bas seuil" qui permettent d'avoir pignon sur rue. Ils proposent des informations concernant les infections sexuellement transmissibles et les abus de substances et offrent du matériel de prévention. Ils permettent d'aborder des thèmes aussi divers que le travail du sexe, les violences, les symptômes des principales IST, les droits et devoirs.

Sont caractéristiques du "bas seuil":

-Le respect de l'anonymat le plus complet

-Des horaires bien définis et une présence régulière adaptée aux spécificités de la scène de travail du sexe à approcher, afin que les TdS puissent s’attendre à la venue des travailleurs sociaux

-La rapidité et la facilité d'accès aux services proposés (pas de dossier administratif)

-L'écoute "active" et l'acceptation de l'autre dans l'instant, tel qu'il se raconte

-Le faible coût, voire leur gratuité, des services (boissons, nourriture, matériel de prévention et de soins, tests IST)

-La formation et l'utilisation d'éducatrices-paires au sein des projets

-L'emploi d'interprètes / médiatrices culturelles parlant les langues les plus représentées de la population de TdS

-L’absence totale d'autorités locales (police, etc.) à l'intérieur du projet de prévention

Les éducatrices-paires parviennent, de par leur expérience du travail du sexe, à faire tomber les barrières de communication liées à l'expérience du stigmate et de l'exclusion et à instaurer une relation de confiance. Le rapport NSWP (2003) souligne cependant les précautions à prendre lors de l’engagement d’éducatrices-pairs : premièrement, ces dernières ne doivent pas remplacer des professionnels de la santé, dont elles n’ont pas les mêmes qualifications. Deuxièmement, les éducatrices-pairs doivent jouir des mêmes conditions de travail que les autres employés du projet (salaires convenables, formation adéquate, chances de carrière, etc.). Enfin, la participation des éducatrices-pairs au projet ne remplace aucunement la prise en compte de l’opinion des travailleuses et travailleurs du sexe en général

La Prévention "Indoor" est une action de prévention de terrain: des médiatrices culturelles, des éducatrices-paires et une infirmière, vont à la rencontre des TdS dans les lieux de travail du sexe tels que les appartements privés, les salons de massage ou encore les Sex center. Elles y diffusent un message et du matériel de prévention, et font le relais vers d’autres structures pour une vaccination, du testing et l'accompagnement psychosocial lorsque cela est nécessaire. Les équipes essaient également de dépister d'éventuels problèmes de violence. Le rôle des actions de prévention "Indoor" est d'informer les professionnelles du sexe mais surtout de soutenir leur autonomie afin que leurs décisions soient toujours éclairées (cf. empowerment ci-dessous).

 

Informations supplémentaires