Bien que l'exercice de la prostitution ne fasse pas l'objet d'un texte de loi fédérale, on trouvait dans le Code Pénal suisse, dès 1942, une volonté de protéger la moralité de mœurs, en réprimant notamment le proxénétisme, le racolage actif et la prostitution homosexuelle. La prostitution masculine, homosexuelle et hétérosexuelle, est légale depuis la révision en 1992 des dispositions du Code pénal en matière d’atteinte à l’intégrité sexuelle. Les cantons, voire les communes, ont toutefois la compétence pour édicter des réglementations particulières sur la prostitution, et l'interdiction de racolage subsiste ainsi dans certaines législations cantonales.

 

 

Informations supplémentaires